Montréal Shootings….Because of Bill 101?

An article in the Globe and Mail “Get Under The Desk

This week, Montrealers were asking: Why us? Youths elsewhere in Canada are addicted to violent video games. Youths elsewhere in Canada live in soul-less suburbs. Youths elsewhere are alienated and into Goth culture. Yet while there have been similar high-school tragedies, all three rampages at Canadian postsecondary institutions occurred here, not in Toronto, or Vancouver or Halifax or Calgary.

“A lot of people are saying: Why does this always happen in Quebec?” says Jay Bryan, a business columnist for the Montreal Gazette, the city’s only English-language daily. “Three doesn’t mean anything. But three out of three in Quebec means something.”

What many outsiders don’t realize is how alienating the decades-long linguistic struggle has been in the once-cosmopolitan city. It hasn’t just taken a toll on long-time anglophones, it’s affected immigrants, too. To be sure, the shootings in all three cases were carried out by mentally disturbed individuals. But what is also true is that in all three cases, the perpetrator was not pure laine, the argot for a “pure” francophone. Elsewhere, to talk of racial “purity” is repugnant. Not in Quebec.

Woo! I know I know… this IS the Globe and Mail. I should treat this as when the National Enquirer shows Bush talking with UFOS…But WOW! I’m speechless. “Decades-long linguistic struggle”. “Once-cosmopolitan city” Can someone help me understand this? Who’s struggle has it been? Ouch! I mean! I really need to sit down with some poor Montréal Anglo and understand their struggle. It must be hard to be surrounded by 325 million English speaking people. I think I will pray so that Ratzinger makes a new “faux pas” and quotes Durham’s report to let people know what we really are in Quebec.

Merci à Alain!

Advertisements

28 Responses to Montréal Shootings….Because of Bill 101?

  1. Patrick says:

    If these shooters are so pissed off at Francophones, why is it that 2 out of 3 of the shootings targeted Anglophones?

  2. Alain Rivet says:

    Well, according to the Gazette, of the 8 last shootings in Canada, 5 were outside Québec (despite what the Globe and Mail reports).

    The question thus becomes: what caused these shootings? Are we alienating the whole country??? Are we that powerful or them anglos so fragile?

    But finally, I think I agree with mrs Wong: anglos and english-speaking immigrants must indeed feel alienated. Not by bill 101 but by such despicable articles that are becoming way to common in english-canadian newspapers and medias.

    By continually calling us terrorists, racists, nazis and more (very usual vocabulary in the G&M); they nurture anger and a sense of inequality in the english community. Not surprising that we see kids arming themselves to “kill some francos”, as we’ve seen in Hudson near montreal, following the Dawson shooting.

    Your mileage might vary…

  3. David says:

    Language is not an end, it is a communication tool – a mean – and should be treated as such. Consequently, any language law has an ethnocentrist feel. Just try to explain to anyone from outside Canada that in Quebec, francophone parents can’t send their kids to an anglophone school befor 18 unless they prove they went to anglo school themselves or that their ancestors did.

    Besides, the killers (Lepine and friends) were obviously nuts and don’t try to make me believe Quebec is on a verge of a civil war…yet. Maybe another referendum will take care of that, not some individual that should have been hospitalized in a nuthouse.

    By the way, why don’t the independentists fight against the federal gun registry ? Unlike in the 70’s, the RCMP will now exactly know where to bust in Quebec when the time comes…

  4. Alain Rivet says:

    David,

    Did you know that over 190 states in the world have language laws? Among them, over 25 american states? It is not that uncommon… Why would it be worse in Québec?

    The only people talking about a civil war in Québec are in fact federalists. Shoud we independentists take those kind of comments as a warning?

    The Federal gun registry is quite popular in Québec (although the costs that became prohibitive are definitely a concern). It might be your best clue to assess our desire (or lack thereof in this case) for a civil war.

    In the 70’s, the RCMP knew exactly about the FLQ’s armament since it was provided to the terrorists by the police (they even stole dynamite to blame the FLQ); as stated by the McDonald commission in 1977.

  5. Bab says:

    How in the hell can a problem with a psycho be transformed into a cultural problem?

    That guy was completely insane and was able to get a gun. He never said anything about Dawson and got there and killed/injured people. That’s it…

    And a language is not a communication tool unless you only speak english, the more languages you know the more you realize there’s lots of cultural differences between countries. A language reflects that.

  6. David says:

    23423 countries/states doing something doesn’t make it reasonable or right. It is a generalization sophism (review your basic CEGEP philosophy classes).

    Also, don’t take whatever commission states as the truth because chances are that them or you have no idea of what really went on behind the scenes.

    Language is a tool because it aims to promote communication, period. Ideally, everyone on the planet should speak the same language.

  7. Patrick says:

    I agree that the lack of decent English-language education for Francophones in Quebec is worrying to an outsider–additional languages create a broader outlook on the world and English is an international language with a whole slew of interesting cultures associated to it. What Anglos don’t understand is that Francophones want it this way. In fact, most Francos are happy that their kids can’t get a decent English-second-language education and many whined when the current government lowered the starting grade for ESL to Grade 1. In a democracy, the will of the majority wins, and the majority of Francophones want it this way, so these laws are profoundly democratic. I think it reflects a profound cultural insecurity to think that learning English properly will undermine French culture. I think there are ways to preserve a culture and language without navel-gazing, but so be it. The majority of Francophones have spoken and want the laws to continue this way.

    As for Anglos, I don’t understand why they’re whining as Bill 101 protects their rights–they have access to a network of excellent schools and cultural services in their language in Quebec. Those who make the effort to show interest and take part in the culture of the majority around them are rewarded with brighter prospects in Quebec because of their bilingualism and biculturalism. The problem is the loud whiny idiots in Montreal who refuse to accept that they are a minority community in a part of the world where the French-language needs some laws (perhaps not so many) to ensure its perennity. These morons who live in their west-island or Toronto bubbles and complain about “Pepsis” are also navel-gazers, and it is people like them running the editorial board at the Globe and Mail and the Gazette.

  8. Alain Rivet says:

    Who’s the sophist? Me that asks why language laws would be worse in Québec than anywhere else in the world or yourself; that answers a question I never asked?

    According to Wikipedia: “the modern view of the “sophist” as someone who uses rhetorical sleight-of-hand and ambiguities of language in order to deceive, or to support fallacious reasoning.”

    I think putting words in my mouth qualifies as a rhetorical sleight-of-hand…

    I never said that the fact that so may states had language laws made it right; I said it was common and asked why it would be worse in Québec. If you want to start a war against linguistic legislations; it’s your choice. Simply know that you’ll be fighting against many governements; even probably your own.

    To reduce language to the simple aspect of communication tool is simplistic at best. It is through language that we express what we are; though language that we discover the world around us and explain it; each with our own views and biases. Language is intimately linked to culture: if we all spoke the same language, we’d all be the same. That’s why linguistic laws are essentials.

    You might not be a big fan of diversity but that’s your problem since it’s basically how nature works: it hates uniformity.

    Spread any language over a big enough territory and you’ll see dialect emerge and given enough time; whole new languages. Sorry to disappoint you but your dreams of an unilingual planet would hold 1-2 generations at best.

    As for your comment on commissions… believe who you want. I’ll believe my political ennemies when they recognize their faults; knowing that they probably did worse.

    Anyway, suspending the civil rights of a fourth of your population is serious enough in my book to be considered a traitor without the need for a commission.

    ——————-

    As a conclusion, I just want to react to a comemnt made by Patrick:

    In fact, most Francos are happy that their kids can’t get a decent English-second-language education and many whined when the current government lowered the starting grade for ESL to Grade 1.

    Most francos I know (including myself, a hardcore independentist) do indeed want a decent second-language education (not necessarily english though). The point is that starting a second language too young is detrimental to your progression in that language. It is also detrimental to your mother language.

    The ideal age to begin the study of a second language is around 10yo. By then, you have structured your thoughts enough (with your first language) to eba blke to grasp the intricacies of a new one.

  9. Antoine says:

    Le commentaire le plus pertinent demeure celui de Vincent: on a l’impression de lire un article sur la prochaine invasion de martiens. On ne peut pas prendre ça au sérieux, ça fait un peu pitié d’écrire de telle insanités en présence d’un drame humain de cette nature. C’est aussi faire preuve d’un manque de respect inommable pour les victimes que de les prendre à partie avec de tels arguments. Probablement que le conseil éditorial de ce torchon a été affecté par ce drame, mais il existe de l’aide pour ce genre de situation.

    Mais bon, c’est toujours le fun de parler de la question linguistique, même quand le prétexte n’a aucun rapport.

    Avant que la loi 101 ne soit adoptée, les immigrants n’apprenaient pas le français et les commerçants affichaient beaucoup en anglais. Puisqu’il y a ici beaucoup d’immigration et de commerce, l’équation n’était pas très compliquée à effectuer quant au futur du français, sans parler de la pression géopolitique. La loi 101 est donc un acte de survie adapté au contexte et non d’impérialisme abstrait.

    Ensuite, cette loi n’a jamais empêché personne d’apprendre l’anglais ni aucune autre langue d’ailleurs. Celui qui veut s’ouvrir aux échanges avec nos voisins a tous les outils nécessaires à portée de main. La loi 101 ne fait que rendre effectif le principe selon lequel ces outils ne sont pas obligatoires.

    Quant à David: manifestement, tes cours de philosophie ne t’ont pas appris à ne pas te contredire. Si la langue n’était qu’un moyen comme tu le dis, ce moyen pourrait être utilisé à des fins ethnocentristes ou non, contrairement à ce que tu avances par le terme “consequently”. Aussi, on apprend dans les cours de philosophie que la vérité absolue est impossible à connaître absolument et qu’il faut donc se fier à des probabilités formées notamment de qualité (comme dans le cas où un groupe d’experts se prononcent sur quelque chose, par exemple une commission d’enquête) et de quantité (comme quand la plupart du monde est convaincu par quelque chose, par exemple que la diversité culturelle est bonne et qu’il faut signer un traité international pour la protéger). Mais bon, même ces indicateurs ne sont pas garants de la vérité absolue, et il peut arriver que tous parlent la même langue mais que quelques uns veulent toujours parler la leur.

  10. Patrick says:

    There is considerable dissention in the field of linguistics and one person’s point of view is not a fact. I have discussed this idea with linguists and the only fact is that there is no conclusive point of view on the best age to begin learning a foreign language. However, linguists are all in accord that phonetic accuracy (AKA accent) is best learned at a young age–so if you start initiating kids to the sounds from grade I, they will master the language with greater accuracy. I began learning English at age 5 and I don’t think it has impaired me in any way with regards to my French. If anything, it has enriched my vocabulary in both languages.

    I believe all this “scientific” discrediting is in bad faith. The real objection from most people is that learning English represents “l’assimilation sournoise de nos enfants.” This hearkens back to an annoying national insecurity that is not a credit to the nation of Quebec. Learning English is not assimilation, it is a tool for a broader integration into a world community. You can teach kids English while still transmitting a love of French, of Quebec.

    With regards to your other point, English makes more sense to teach as a second language not only because it is a recognized international language but because it has historical roots in Quebec’s culture. It is a facet of Quebec. Nearly 10% of the population speaks it today. English-speaking settlers are at the root of many settlements in the townships, in the gaspé, Pontiac, etc. Even the Capitale Nationale was once 40% Anglophone. These people left traces and traditions that are at the heart of Franco-quebecois cooking, music, politics, and even temperament. This is why the Quebecois are more understated and ironic than the French–not because of language, but because of the transmission of British cultural traditions. If the French think we have a “phlegme britannique”, maybe it’s because we do. It’s time we accept that English is a part of the tradition of all Quebecois to ensure that successive generations don’t have this idiotic us-them paranoia.

    In any case, whatever dissenting linguists have to say about starting age, we both agree that English-language education in the current system is lacking–the PQ’s programme celebrates learning multiple languages but when it comes to adding more hours of English onto the curricullum, they make a public call for LESS.

  11. Patrick says:

    J’aimerais bien avoir l’opinion de Patrick Bouteculet sur ce sujet.

  12. David says:

    I can’t believe the amount of fallacies I’m reading, often lost in a rethorical sea. I regretfully will continue to agree with Dr Samuel Johnson: “Patriotism is the last refuge of a scoundrel.”

  13. If you go in Italy, wich langage you’ll learn ??? In Japan ??? In Russia ???

    In Québec, it’s the français !!!!!!!!! Not difficult to understand !!!! And we take the way to keep it !!!

    Voilà pourquoi je suis séparatiste. Je ne suis pas un terroriste et j’espère du plus profond de mon coeur que l’accès à la souveraineté se fera SANS violence.

    À entendre de la BULLSHIT comme ça (depuis des siècles), je me dis que ça ne CHANGERA JAMAIS !!!!

    Je suis tout à fait ouvert au fait de continuer à transiger avec le Canada et de continuer à acceuillir des immigrants et à les intégrer.

    Je ne suis plus capable, moi, honnête citoyen, de me faire mettre tous les mots de la terre sur les épaules !!!

    La seule manière de rétablir l’ordre est de faire notre PROPRE CHEMIN !!!

    I’m a Canadian and I’ll be a Québécois !!!!

  14. Alain Rivet says:

    “Patriotism is the last refuge of a scoundrel.”

    Ooh! Name calling, like the english newspapers…

    Bill 101-alienated, David??

    ;)

  15. Antoine says:

    David, un peu de sérieux, répond donc aux arguments au lieu de ridiculiser celui qui les dit.

  16. Alain Rivet says:

    Patrick

    Sorry, can’t agree to your position on linguistics. In this case, the literature tends toward agreeing with what I was saying (Burstall, Carroll, Harley, Stern). From “L’apprentissage des langues secondes : un choix controversé” (see bibliography below)

    L’argumentaire des militants en faveur de l’apprentissage de l’anglais en jeune âge repose sur l’existence d’études «prouvant » que plus l’enfant est jeune, mieux il apprend. Toutefois, les recherches en question sont rarement citées puisque leur véracité est contestable. Les trois hypothèses les plus importantes sont celles de la théorie de la plasticité du cerveau de Wilder Penfield (1953), de la théorie de la prédisposition biologique de Lenneberg (1964) et de la théorie de l’empreinte biologique de Konrad Lorenz (1958). Le problème est qu’aucune recherche scientifique fiable n’est arrivée depuis à valider les hypothèses de ces chercheurs et ce, malgré le fait que ces recherches remontent à plusieurs décennies.

    (…)

    Note that the most complete study about second language learning (Burstall et al. 1974; 18 000 students over 10 years in 125 primary schools) states that there is no ideal age to learn a secondary language. Mrs Burstall even concluded that her result tend to show that adults would be better learners.

    In this case, the scientist’s goal can’t have been to demonstrate “l’assimilation sournoise de nos enfants”… unless you feel that Britain’s and Quebec’s sociolinguistic profiles match.

    There are also certain fallacies in your reasoning. At the same time, you say that there’s considerable dissention in the field but you still recommend starting a second language early. Why go this direction? Isn’t that “bad faith”? If no one agrees, we should simply flip it : Heads, let’s start at 18yo; tail; first grade! ;)

    You also say: “one person’s point of view is not a fact” and a few lines later: “I began learning English at age 5 and I don’t think it has impaired me in any way with regards to my French. If anything, it has enriched my vocabulary in both languages”. So your “single-person”’s point of view beats mine?? How come? ;)

    David would have called this Sophism :D

    As for the english historical roots; I agree totally. However, I’ll recognize it when anglos will start recognizing that French is part of their tradition as well. As long as they continue to be unilingual English (they being not only those loud whiny idiots in Montreal but why not also everywhere in Canada? Many western provinces were French 100 years ago); as long as they are against independence at 99.9% (95 referendum results; give or take a few percents), as long as they’re totally clueless about what I am as a French Quebecker; as long as they threaten me with war when I speak about taking my destiny in my own hands… they’ll remain who I’m fighting against.

    And I’ll keep in mind 250 years of violence against my people, assimilation, insults (anyone remembers the famous “Speak White” anglos used to spit at us poor francos in the late 60s/early 70s? One of my favorites!) and contempt geared towards their French compatriots.

    Alain

    Bibeau, Gilles «L’apprentissage de l’anglais au primaire n’est pas la meilleure idée – À l’école, l’apprentissage des langues secondes réussit mieux à un âge plus avancé», Le Devoir, 23 Mai 2000 Québec
    Bibeau, G. (1982) L’éducation bilingue en Amérique du Nord, Montréal, Guérin, collection Langue et société.
    Burstall, C. et al. (1974) Primary French in the Balance, Windsor (G.B). The National Foundation for Educational research in England and Wales (NFER) Publishing Co. Ltd.
    Carroll, J.B. et S.M. Sapon (1959) Modern Language AptitudeTest, et (1967) Elementary Modern Language Aptitude Test, New York, The Psychological Corporation.
    Carroll, J.B. (1975) The Teaching of French in Eight Countries, New York, John Wiley & S.
    Commission européenne pour l’UNESCO (1995) Stéréotypes culturels et apprentissage des langues, Commission française pour l’UNESCO.
    Gardner, R.C. (1985) Social Psychology ans Second Language Learning : The Role of Attitudes and Motivation, London, Edward Arnold.
    Gélinas, Sophie. L’APPRENTISSAGE PRÉCOCE DES LANGUES SECONDES : UN CHOIX POLITIQUE CONTROVERSÉ. Institut de Recherche du Québec (IRQ), Québec, 2004
    Harley, B. (1986) Age in Second Language Acquisition, Multilingual Matters Ltd.
    Stern, H.H. (1983) Fundamental Concepts in Language Teaching, Oxford University Press.
    UNESCO, (1953) The Use of Vernacular Languages in Education : Monograph on Fundamental Education, Vol. XIII, Paris.]

  17. Patrick says:

    Salut Alain,

    Bravo pour ta recherche et ta rigueur. C’est d’une plus grande pertinence qu’une réplique truffée de points d’exclamation telle celle de ton prédécesseur.

    Je suis prêt à t’accorder que commencer l’enseignement de l’anglais dàs la première année n’est peut-être pas nécessaire. Par contre le problème demeure : le système d’enseignement québécois forme des gens qui ont un niveau inadéquat d’anglais (voir “Le Numérologue”). Comment résoudre ce problème? C’est moins flagrant à Montréal, mais c’est atroce en région. C’est pas comme ça qu’on va créer des citoyens ouverts sur le monde.

    C’est pas non plus en disant “je vais attendre qu’ils s’ouvrent à nous avant de m’ouvrir à eux” qu’on va créer des québécois dignes de ce nom. Si les anglos veulent faire du nombrilisme, c’est leur crisse de problème. On est pas obligés de s’abaisser à leur niveau. Tu dis: “I’ll recognize it when anglos will start recognizing that French is part of their tradition as well” — c’est un peu comme dire “je vais rester aveugle tant qu’ils restent aveugles.”

    J’habite à Québec et il y a 13 000 anglophones dans la région. Ta description ne correspond pas aux gens que je côtoie à tous les jours, des gens qui sont bilingues et parfois souverainistes. Une recherche fait auprès d’anglos de Québec qui ont moins de 40 ans par une chercheuse en sociologie à l’UL démontre que leur appui à la souveraineté est sensiblement pareil à l’appui des francophones. Si tu sors des banlieues de Montréal, l’intérêt pour la souveraineté et la culture francophone est également grandissant. Les anglophones commencent à s’intéresser mais on dirait que tu es encore pogné dans ta vision d’anglos “Speak White” des années 1970.

    De toute façon, pour chaque gérant qui disait « speak white » il y avait 1000 ouvriers, fermiers et simples citoyens anglophones qui n’avaient pas une cenne. Le premier syndicat au Québec a été crée par des irlandais anglophones.

    Ton 99.9% c’est de la foutaise. Il y avait une circonscription dans le West Island avec de tels résultats mais la vraie statistique tourne autour de 90% pour la province (voir n’importe quel article sur le referendum de 1995). Ça fait environ 100 000 blokes souverainistes. On en fait quoi d’eux? On continue à se regarder le nombril et sortir des vieux clichés genre “n’oublions jamais SPEAK WHITE”? Je t’assure que c’est pas en faisant ça que tu va attirer des anglos de ton côté–mais il va avoir plus de Jan Wong, par contre.

  18. Alain Rivet says:

    Bonjour Patrick

    Merci pour ta réponse. Je suis d’accord dans l’ensemble mais je te réponds plus en détails plus tard.

    Je veux juste mentionner que si j’ai un peu exagéré sur la proportion des votes anglos; il n’en reste pas moins que la proportion est minime.

    Pierre Drouilly, checheur à l’UQAM:

    “La méthode utilisée ne permet pas de déceler un vote significatif des électeurs anglophones ou allophones pour le OUI en 1980, tout comme en 1995: s’il existe, ce vote ne dépasse pas les 5-10% dans tous les cas.”

    Statistiquement, le vote anglo pro-oui est insignifiant, au point d’être inexistant. C’est une donnée difficile à trouver puisqu’une circonscription n’est jamais à 100% franco ou anglo. Quand on regarde les résultats officiels de D’arcy Mcgee, par exemple: 96% pour le Non… mais faut tenir compte des francos habitant cette circonscription qui eux ont voté pour le oui à plus de 65%. il faut tenir compte des bulletins rejetés (près de 2%)… bref, il en reste pas beaucoup pour le oui

    Voir http://www.electionsquebec.qc.ca/fr/tableaux/Referendum_1995_8481.asp et http://www.pum.umontreal.ca/apqc/95_96/drouilly/drouilly.htm

    Bref, voilà un comté dans lequel le vote anglo a dû approcher les 99%. Y’en a d’autres.

    Mais même à 90%, je trouve qu’il y a un problème. Ça me semble anormal qu’une communauté soit aussi polarisée et j’accuse les médias anglophones d’être responsable de cet état de fait… Ça et l’unilinguisme des anglos qui fait que leur seules sources d’information sont les médias anglos.

    À titre de comparaison, le score du oui le plus élevé est au Sagenay… à 73%.

    Remarque que ça s’applique aux anglos de Montréal qui restent la grande majorité des anglos-québécois (nos rhodésiens, comme les appelaient Lévesque). L’étude de Drouilly est faite à partir des 40 circonscriptions de la région métropolitaine. Les anglos de Québec sont pas mal plus “fluents” et sans aucun doute moins polarisés que leurs compatriotes montréalais. Étant plus bilingues (et moins exclusivement entre eux), j’aurais endance à penser que leurs intentions de vote approche celle des francos qu’ils côtoient; ce qui est tout à l’honneur de nos anglos!

    Si t’as plus de détails sur cette étude; ça m’intéresse… Le seul anglo de Québec indépendantiste que je connaisse… c’est moi qui l’ait convaincu! :D Et à cause de lui, je fréquente pas mal plus la communauté, qui me semble exclusivement fédéraliste (de ce que j’en connais, j’ai pas la prétention d’être l’expert en anglicité au Québec ;).

    Quant à ma position, elle est très simple (et historique!): Tirez les premiers, messieurs les anglais! ;)

    La minorité anglo-québécoise est déjà parmi les mieux traitée au monde et ce selon à peu près tous les indicateurs socio-économiques. Mon pas, il est fait. À eux maintenant de me prouver qu’ils me respectent.

    Pour tes 100 00 anglos souverainistes (hein?? 100 000??? 7M de québécois; 8% d’anglos: 560K anglos québécois. Pour avoir 100k anglos indépendantistes, ceux-ci devraient avoir appuyé la souveraineté à 18%!!!), j’ai faite mienne la phrase suivante de Falardeau (que je cite de mémoire):

    J’en ai rien à foutre qu’ils soient jaune, vert, bleu ou orange à pois verts. S’ils se battent à mes côtés, ce sont mes frères. (c’est vrai pour la couleur; c,est vrai pour la langue maternelle).

    J’en suis pas resté au stade du Speak White des années 70. Mais je ne veux surtout pas l’oublier; pas tant que j’entends des discours au racisme à faire frémir; comme celui de la Wong; appuyé par une équipe éditoriale qui se dit la plus sérieuse au pays et que personne au Canada anglais ne dénonce vraiment pour ce que c’est: du racisme.

    Tout le monde parle de bévue, de rédac chef qui dormait au gas… Voyons donc!!! R-A-C-I-S-M-E!

    Je reviens sur ta question concernant l’enseignement de l’anglais dans une autre réplique.

    A+
    Alain

  19. Antoine says:

    Quel plaisir de lire un bon débat d’arguments rationnels.

    Sur le fond, il est vrai qu’il semble exister une dynamique différente entre Montréal et le reste du Québec, mais partout les (rares, disons-le) anglophones unilingues savent qu’ils s’isolent de la société dans laquelle ils vivent. Je crois que les anglophones québécois en général sont fiers de parler français – au Québec et ailleurs. Aussi, la bassesse de l’autre ne justifie jamais sa propre bassesse. Une digression tendancieuse sur la politique internationale – ne pas être barbare comme celui qu’on trouve barbare – me semble probante. De même, le ressentiment historique n’est que peu constructif: c’est sur des faits actuels que l’opinion actuelle se justifie. La mémoire est de la plus haute importance, à condition de l’éclairer de la lumière du présent. En fait, je pense que le “speak white” – phénomène relativement circonscrit dans le temps – était un chant du cygne, le cri de l’enfant à qui l’on enlève son hochet. À prendre aujourd’hui avec autant de sérieux que Jan Wong.

    Par contre, je ne crois pas que parler anglais au Québec aide à devenir ouvert sur le monde. Ça aide certainement pour aller faire affaire à l’étranger – bien qu’une traduction est si vite arrivée – mais l’ouverture sur le monde est un état d’esprit qui peut se cultiver même en français. D’autant plus que le français est une langue internationale dont on peut raisonnablement affirmer qu’elle est la deuxième langue internationale. Une multitude de pays ont un lien profond et véritable avec le français et il s’agit d’une des deux langues de la Cour internationale de justice. Il s’agit clairement d’une “lingua franca”: une langue qui rapproche les peuples et les cultures.

    Et je ne pense pas que l’on puisse influencer la naissance des Jan Wong: ils naissent d’eux-mêmes comme un champignon, la nuit sur un peu de pourriture. Certains sont vénéneux, d’autres indigestes, mais le connaisseur sait que quelques-uns sont à leur meilleur finement apprêtés.

  20. Patrick says:

    Je suis d’accord qu’il est possible d’être ouvert sur le monde au Québec sans parler anglais, qu’il y a d’autres moyens de s’ouvrir. Par contre, comme on discutait plus haut, une langue n’est pas simplement un outil, mais une manière de voir le monde qui traine tout un bagage culturel. En parlant anglais, on s’oblige à voir le monde selon deux perspectives. C’est cette confrontation de perspectives qui crée une ouverture sur le monde. De plus, l’anglais nous permet de nous comprendre nous-mêmes en tant que québecois, étant donné tout le bagage culturel qui s’est partagé, etc. C’est pas seulement un outil de commerce. C’est aussi une langue dans laquelle beaucoupe de documents intéressants (non reliés à la justice) sont produits sans traduction.

    Je suis dans les patates avec mon 100 000. Je considère qu’il y a 11% d’Anglophones au Québec (selon le critère d’usage à la maison) plutôt que 8% (selon le critère de langue maternelle). 10% correspondrait donc à … 83 000 anglophones souverainistes. Si les études n’incluent pas les anglophones hors-Montréal, ce nombre serait probablement plus élevé.

    Peu importe, je suis d’accord que de telles statistiques ne témoignent pas d’une très grande ouverture d’esprit de la part de nos compatriotes anglo-montréalais. Ayant étudié à l’université Concordia, je dois avouer qu’il y avait une indifférence face à la culture majoritaire qui heurtait mon côté francophone. Cela dit, il n’y a pas beaucoup d’avenir au Québec pour ceux qui se foutent du français et je crois que tout cela est appelé à se transformer très rapidement. De plus, on n’est pas obligé d’être souverainiste pour être un anglophone ouvert à la culture québecoise. Il y a quand même beaucoup d’anglos fédéralistes qui se rendre compte qu’il y a un problème avec le nombrilisme anglo-Montréalais (voir: http://www.vigile.net/ds-societe/docs2/98-scowen-anglo.html).

  21. Salut Patrick !

    Bon, je veux juste apporter une précision. C’est que tu as mentionné mon “niveau inadéquat” d’anglais. Heu ?????

    Je ne me targue certainement pas d’être bilingue. J’ai écrit c’est quelques mots en anglais qui résument une très minuscule partie de ma réflexion. Désolé si c’était MINABLE mais ce n’est pas ma langue maternelle.

    Et pour “l’inadéquat”. Quoi ?????? Mon anglais est inadéquat pas rapport à quoi ???? Est-ce que ton espagnol est adéquat ??? Ton mandarin ??? Ton russe ????

    Le fait que je ne maîtrise pas parfaitement l’anglais ne m’empêche aucunement d’être ouvert sur le monde !!!! Je suis capable de le comprendre et de me débrouiller même si je ne l’écris pas parfaitement. J’arrive à m’ouvrir sur le monde en français. Ça me demande plus d’efforts de recherche mais j’y arrive. On te croirait un disciple de mme. Jean !!!!!

    Et puis, se pourrait-il que je sois plus intéressé par les autres langues que l’anglais ??? Oui c’est la langue internationale mais suis-je OBLIGÉ de la maîtriser ???? Hein ????

    Peut-être que si je m’intéressais à toutes ces émissions américaines mon angalis serait-il meilleur ??? Malheureusement, ça ne me touche pas. Pas par racisme, juste parce que ça ne vient pas me chercher. Et toi ??? T’aimes ça les soap polonais ???? Arabes ??? Japonais ????

    J’aime les autre langues autant que l’anglais. N’ai-je pas le droit d’apprendre le mandarin ou l’espagnol avant ????

    Bref, tout ça pour te dire que tu as droit à ton opinion et je la RESPECTE. Par contre, que tu me cites dans ton texte j’ai trouvé ça … amusant !!!! Même si j’ai des arguments plus percutants pour justifier le fait que je sois souverainiste, je n’avais vraiment pas le goût de me lancer dans les statistiques. J’ai écrit mon post rapidement et c’est tout. Crois-tu vraiment que les phrases mélangeant l’anglais et le français n’étaient pas volontaire ????? Oui, sûrement que j’ai fait des fautes d’orthographes et de conjugaisons, je m’en excuse !!!

    Merci de comprendre que je suis un québécois francophone séparatiste ouvert sur le monde !!!

    (pardonnes-moi les fautes)

    Merci
    Thank you
    Gratzie
    Gracias
    Obrigado
    Spaciba
    Tse tse
    Camon
    Awkun
    Shoucran
    Arigato

    (ok, j’en connais d’autres mais je crois que tu as compris le principe)

    Sans rancune.

  22. David says:

    Antoine, tu m’accuses de me contredire, soit. Sauf erreur, se contredire est affirmer une chose et son contraire. Ou encore, c’est partir d’un ensemble de prémisses et aboutir à une conclusion qui contredit ne fût-ce qu’une seule de ces prémisses. on est d’accord ?

    Je vais tenter de découper mon raisonnement, ça sera plus facile de me mettre la contradiction sous le nez et tu pourras m’éclairer pour que j’apprenne à penser plus logiquement pcq j’avoue ne pas avoir compris ton affirmation. Je me lance.

    Prémisse 1: Une langue n’est rien de plus qu’un outil de communication.
    Prémisse 2: Par pur utilitarisme, il faudrait internationalement apprendre une langue commune (première, seconde, troisième ou nième) pour faciliter ladite communication.
    Corollaire 2.1: Plus cette langue sera facile, moins ça écoeurera tout le monde.
    Question-conclusion: Que penser d’une loi qui nuit à ladite communication chez une ethnie (peuple, nation, patrie, etc.) précise ? En d’autres mots, que penser d’une loi tend à faire en sorte que ce sous-groupe d’humains se replie sur lui-même puisque’elle compromet sa capcacité de communication internationale ?

    Alain, tu évoques la diversité naturelle pour justifier les lois linguistiques, soit. J’ai aussi besoin de tes lumières car tu sembles au plus haut point renseigné. Est-ce que je me trompe ou la loi 101 interdit à des parents francophones d’envoyer leurs enfants à l’école anglophone avant le niveau CEGEP, à moins de prouver qu’eux ou leurs ancêtres y sont eux-mêmes allés ? Encore ici, j’ai beaucoup de difficulté à comprendre comment diversité et la lois linguisitiques peuvent cohabiter, puisque l’exemple que je donne semble avoir exactement l’effet contraire.

    D’autre part, pardonnez tous ma grande ignorance mais j’aimerais qu’on m’explique comment le fait d’utiliser une langue ou l’autre peut influencer la vision du monde ou la façon dont on l’appréhende. Ou encore, quel est le “bagage culturel” concret relié a telle ou telle langue. Comment fait-on pour déterminer qu’une pensée est associée à une langue plutôt qu’une autre ? Par exemple, j’élabore une vision du nationalisme dans la langue française, je la traduis ensuite en anglais mais elle demeure toujours la même.

    Aussi, si je pousse ce raisonnement à l’extrême, les premiers êtres humains, n’ayant pas de langue structurée, étaient incapables d’appréhender ou de comprendre leur environnement. J’avoue ne pas trop y voir clair. Aidez-moi svp, il existe certainement une étude ou une commission qui s’est penchée sur la question et dont quelqu’un connaît la référence par coeur.

    Gros merci d’avance de votre coup de main,

    David

    ps: connaissez-vous le roman de Jean-Charles Harvey, “les demi-civilisés” ?

  23. Alain Rivet says:

    David,

    Je te pardonne ton ignorance, t’inquiète.. C’est ton ton méprisant que je digère pas. Aie un minimum de bonne foi quand tu nous lis (ça implique visiter les liens qu’on envoie), tu devrais répondre toi-même à tes propres questions.

    “Aussi, si je pousse ce raisonnement à l’extrême, les premiers êtres humains, n’ayant pas de langue structurée, étaient incapables d’appréhender ou de comprendre leur environnement.” T’es sur la bonne piste! Lâche pas tes recherches, tu vas finir par comprendre!

    Alain

    P.S. Tu connais l’essai de Albert Memmi: “Portrait d’un colonisé”?

    P.P.S.: “Also, don’t take whatever commission states as the truth because chances are that them or you have no idea of what really went on behind the scenes.” -David

    “Aidez-moi svp, il existe certainement une étude ou une commission qui s’est penchée sur la question et dont quelqu’un connaît la référence par coeur.” – David

    Tiens, une contradiction! ;)

  24. David says:

    Alain,

    Je regrette: je lis et je relis mais je ne trouvre aucune réponse. Je ne vois surtout pas de liens qui peuvent m’aider à répondre à mes questions.

    Et je ne comprends toujours pas comment les êtres humains primitifs, sans langue structurée, ont pu évoluer (former des clans, fabriquer des outils, s’organiser, etc.) si une langue est prérequise ou nécessaire à la compréhension du monde. Si je poursuis dans cette voie comme tu le suggères, je finirai par croire que ce qui est avancé ici (que la langue sert à comprendre le monde) est faux…

  25. Antoine says:

    L’ignorance étant désagréable, je ne te pardonne rien David et avance ceci.

    Tu as raison sur la traduisibilité de l’ensemble des concepts véhiculés par une langue et de leur égale capacité à transmettre une vision du monde. Mais ton “pur utilitarisme” n’est pas clair: qu’entends-tu au juste par ce terme? Réfères-tu à la volonté de communiquer le mieux possible avec les autres? Si c’est le cas, ton utilitarisme devrait au contraire te mener à conclure que la pensée se développant avec la langue, la solidité d’une langue maternelle est nécessaire. En découle que l’État a intérêt à ce que ses citoyens parlent bien (pour bien penser) et donc que l’apprentissage de la langue soit l’objet d’une loi.

    Ton indignation devant une loi linguistique est entièrement déplacée puisque son objectif est de garantir une mesure d’égalité. Maintenant, tu décries le fait que la loi oblige que cette mesure d’égalité (l’apprentissage d’une langue) soit appliquée à une seule langue. Là aussi, l’idée est que les citoyens soient égaux dans leur compréhension des institutions publiques.

    En ce qui concerne le baggage culturel d’une langue, je réfère à l’étymologie des mots, la mythologie qui y est associée et l’histoire de ceux qui la parlent. C’est pas plus que ça – est-ce assez important pour un “pur utilitariste”? – mais c’est pas moins non plus. Peut-être que tu ne connais pas le baggage culturel que tu véhicules par ta langue, mais il demeure néanmoins.

    Au fond, ce que tu dis, c’est qu’il faut pouvoir tous se comprendre d’une même langue. Le problème, c’est de convaincre les miliards de personnes qui ne parlent pas cette langue. Là, il y a deux précédents qui ne sont pas en ta faveur: Babel et l’espéranto. Si tu ne parles que d’une langue seconde, où est le problème de la loi 101 qui n’empêche en aucune manière l’apprentissage d’une langue seconde? Tu as l’air de bloquer sur l’obligation d’aller à l’école en français, mais des cours de langues secondes sont obligatoires après un certain âge et cet apprentissage répond tout à fait à ton désir que nous puissions apprendre une langue franche, ou “lingua franca”, c’est-à-dire une langue internationale.

    Quant aux hommes des cavernes, je ne suis pas vraiment ton raisonnement poussé “à l’extrême”. Avant de parler, l’homme ne pensait pas. Est-ce nécessaire de penser pour survivre dans son environnement? Apparamment les oursins et les gnous sont encore là. Si tu te poses la question du sens profond de l’activité cérébrale chez l’être vivant, là la discussion commence à déborder, mais tu conviendras que tu penses des mots. L’insoluble question philosophique de savoir lequel dépend duquel est comme la poule et l’oeuf: il faut avoir une sérieuse envie d’avoir raison pour affirmer trancher la question en attendant des preuves contraires. Bref, ton homme des cavernes a peu à peu associé des mots à son environnement. À ce sujet, je te réfère au rapport de la Commission Lame et Yeur, une très bonne commission.

    Je n’ai pas lu le livre que tu recommandes, mais je crois comprendre qu’il s’agit du récit d’un libre penseur à une époque opaque. La libre pensée, c’est surtout une démarche visant à favoriser la création d’idées et l’usage de la raison pour ne pas se laisser berner par la frivolité. L’histoire est plein de heurts entre le créateur d’idées et celui qui n’a pas encore compris la précédente. Si ce que tu veux démontrer c’est que la loi 101 c’est un peu comme l’Église vue par le héros de ton livre, tu n’arriveras pas à convaincre le libre-penseur bien outillé qui ne pense pas, non, qu’une chose est son contraire. Et celui-là, qui sait que la pensée doit être diverse pour bien créer, sait aussi bien défendre sa langue que sa pensée.

  26. David says:

    Salut Antoine,

    La Commission Lame et Yeur…lol !!!

    J’ai aimé lire ce que tu as écrit. Je trouve que tu illustres bien la difficulté du sujet. Je digère tout ça et je t’en repale bientôt.

    Take it easy,

    David

  27. Patrick says:

    Cher numérologue,

    Je suis heureux de me faire RESPECTER en majuscules et avec tant d’exclamation!!!!! Je suis aussi heureux d’apprendre que la culture de langue anglaise se limite aux émissions de télé américaines–maintenant je comprends pourquoi ça te touche pas. Il y a d’autres moyens d’aborder la culture que par la télé.

  28. gilles thompson says:

    Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!

    Merci à l’avance!

    CENTRE-VILLE DE MONTREAL

    ====================================

    Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos

    Déjà un demi-millier d’infractions possibles à la loi 101!

    http://www.imperatif-francais.org/…/montreal-anglais.html

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: